> ACCUEIL / Guide des parents

Guide pratique des parents

  • 1 – Que faut-il attendre d’un séjour linguistique ?

Un séjour linguistique pour quoi faire ?
Le séjour linguistique est sans nul doute le meilleur moyen de perfectionner sa connaissance d’une langue étrangère. Il a pour vocation de faire progresser en privilégiant la découverte d’un nouvel environnement et d’une nouvelle culture.
Il conjugue par définition l’apprentissage d’une langue et le plaisir du voyage :
Les cours permettent aux jeunes de se familiariser avec la langue et de gagner en assurance.
Les activités sont l’occasion de se divertir,
de faire du sport ou de découvrir une culture. C’est aussi une manière ludique de pratiquer l’expression orale.
Au-delà du perfectionnement linguistique, le séjour linguistique est une expérience humaine enrichissante qui permet à l’enfant d’affirmer sa personnalité et de développer son autonomie et sa maturité.

La motivation : un paramètre à ne pas négliger
C’est un projet à préparer avec l’enfant.
Il est conseillé de lui proposer différents types de séjours, destinations et durées, et d’étudier avec lui les points positifs et négatifs de chaque possibilité. Sa participation active à la décision sera un gage de motivation.
La perspective d’un voyage à l’étranger doit remporter la totale adhésion de votre enfant. Celui-ci doit avoir envie de partir.
S’il est réticent, il risque de s’isoler et de
ne tirer que peu de bénéfice de son séjour. Cette expérience doit être présentée comme une opportunité qui lui sera très utile dans l’avenir.
Les progrès dépendent du niveau, des capacités d’apprentissage et de la motivation de l’enfant. Ils dépendent également du type de séjour choisi.

  • 2 – Choisir un séjour

A quel âge partir en séjour linguistique ?

La personnalité de l’enfant
Il est également souhaitable de choisir la formule de séjour en fonction
de la personnalité de votre enfant.

Si votre enfant (8 à 15 ans) est plutôt timide et/ou fait son premier séjour :
Les formules Summer camp et Découvertes & Sports regroupent des jeunes venus du monde entier à partir du niveau débutant. Elles mettent l’accent sur les activités sportives pour permettre aux enfants de partager de bons moments et les encourager à pratiquer la langue.

Si votre enfant (8 à 13 ans) est relativement autonome :
Les formules Summer camp, Découvertes & Sports et Immersion s’adressent à des jeunes de tous niveaux, relativement autonomes, matures, et capables de communiquer a minima dans la langue choisie.

Si votre enfant (8 à 18 ans) est à la fois motivé et autonome :
Les séjours en immersion exigent une bonne capacité d’adaptation pour se familiariser avec les usages du pays et les habitudes de la famille d’accueil. Ils assurent des cours personnalisés garantissant une pratique effective de la langue et des progrès significatifs et rapides.

Si votre enfant (plus de 14 ans) est relativement autonome :
Les formules Découvertes & Sports offrent un environnement jeune, ludique et un encadrement permanent pour les adolescents (tous niveaux confondus) souhaitant profiter de multiples activités.

Si votre enfant (plus de 13 ans) est très motivé :
Les séjours en immersion One to One ou en scolarité à l’étranger s’adressent aux adolescents les plus motivés
et les plus autonomes, souhaitant acquérir une très bonne maîtrise de la langue visée.

Age des participants
Il est recommandé de privilégier certaines formules en fonction de l’âge et de la motivation de votre enfant :

7 – 10 ans
– Summer camp.
– Immersion totale en Grande-Bretagne ou en France

10 – 15 ans
– Summer camp
– Découvertes & Sports
– Immersion totale à l’étranger

15 – 18 ans
– Découvertes & Sports
– Immersion totale à l’étranger
– Scolarité à l’étranger

Quelle durée choisir ?

Durée des séjours
Il faut l’adapter à la motivation de votre enfant, à sa maturité, et à vos objectifs.

Pour un premier séjour ou un jeune inquiet : il vaut mieux privilégier une formule
d’une semaine (pour que votre enfant rentre satisfait, et soit partant pour un deuxième séjour plus long la fois d’après), plutôt qu’un séjour trop long où il risquerait de vouloir rentrer prématurément.
Pour un enfant peu motivé : choisissez un séjour de une ou deux semaines.
Pour ceux qui ont envie de partir : un séjour de deux semaines et plus, leur permettront de progresser de manière significative.
Pour les plus motivés souhaitant parfaitement maîtriser la langue, une seule solution :
un semestre ou une année en scolarité à l’étranger.

Quelle destination choisir ?

Destinations choisies
Pour les enfants ou parents inquiets : choisissez une destination proche, cela sera plus rassurant pour une première expérience.
Pour les enfants et parents motivés : choisissez la destination qui fera le plus plaisir à votre enfant, cela favorisera la réussite du séjour.

Quelle formule choisir ?

L’offre de séjours linguistiques est pléthorique et les formules nombreuses. Il convient donc de bien identifier vos priorités.

  • Summer camp

Les summer camps (centres de vacances) accueillent chaque été des jeunes âgés de 8 à 16 ans venus du monde entier. Ils attirent ceux qui souhaitent se familiariser avec une langue étrangère tout en pratiquant de nombreuses activités. C’est la formule idéale pour découvrir le monde des séjours linguistiques grâce aux nombreuses activités à partager avec les autres enfants. Elle permet aux jeunes de comprendre l’utilité de parler une langue étrangère et doit leur donner envie de continuer.

Avantages :

  • Les séjours entre jeunes du même âge facilitent l’intégration et favorisent les liens amicaux.
  • L’encadrement y est permanent (de jour comme de nuit), il est assuré par un animateur pour 8 à 12 jeunes, selon les centres.
  • La plupart des activités sont organisées sur place.
  • Les activités sont variées et nombreuses. À noter : les summer camps américains et canadiens disposent d’infrastructures plus importantes que les centres anglais.
  • La présence de jeunes locaux permet une immersion linguistique non négligeable.

Inconvénients :

  • Les centres de vacances sont pris d’assaut par des groupes, notamment en Grande-Bretagne où l’on trouve en moyenne 50% d’Anglais et 50% d’étrangers. Les jeunes ont naturellement tendance à se regrouper par nationalités, ce qui limite évidemment la pratique de la langue. Cet effet de regroupement par nationalités est moins important aux Etats-Unis et au Canada car les centres accueillent en moyenne 20% d’étrangers et 80% d’Américains ou Canadiens.
  • Les summer camps sont peu axés sur les cours.
  • L’hébergement y est souvent rustique.
  • Les séjours en Collège, Université, Résidence (Découvertes & Sports)

Ces formules regroupent les séjours se déroulant dans un collège, une université ou une résidence. Il s’agit de séjours en groupe où des jeunes (généralement de 13 à 18 ans) de différentes nationalités partagent cours, activités et hébergement.

Avantages :

  • Immersion linguistique totale : aucun contact avec d’autres francophones pendant toute la durée du séjour.
  • Cours particuliers avec l’un des parents de la famille d’accueil. Ces cours en One to One sont totalement personnalisés en fonction du niveau, de l’objectif et du rythme d’apprentissage de l’élève.
  • Le professeur appréhende le niveau réel de l’enfant au cours des conversations et peu ainsi adapter le contenu des cours.
  • Les activités représentent un prolongement des cours et sont ainsi l’occasion pour l’enfant d’enrichir son vocabulaire, de mettre en pratique les thèmes étudiés grâce à la présence quasi-permanente du professeur.
  • L’immersion dans une famille d’accueil est la formule idéale pour découvrir une autre culture.

Inconvénients :

  • Cette formule nécessite une bonne capacité d’adaptation pour faciliter l’intégration dans une famille aux habitudes différentes (repas, vie quotidienne, sorties, loisirs, etc…)
  • La motivation de l’enfant est importante pour franchir la barrière de la langue et surmonter une éventuelle timidité.
  • Le jeune qui choisit cette formule devra être suffisamment autonome pour s’occuper seul pendant certaines périodes de la journée et capable d’aller vers les membres de la famille d’accueil pour pratiquer la langue le plus souvent possible.
  • Attention : certains organismes proposent des « immersions » mais, pour rentabiliser les séjours, il arrive que les cours, les activités et/ou l’hébergement soient organisés en groupe… de Français.
  • D’autres proposent des familles sans professeur, les cours sont alors dispensés par une personne extérieure.
  • Séjours en famille, Immersion One to One (Immersion totale)

C’est le séjour linguistique par excellence. Il consiste à séjourner dans une famille d’accueil dont l’un des parents est professeur, diplômé et expérimenté. Les jeunes (à partir 8 ans) peuvent ainsi partager le quotidien d’une famille locale et bénéficier de cours particuliers et d’activités avec le parent professeur.

Avantages :

  • Les cours de langue sont dispensés en petits groupes de niveau (8 à 15 étudiants).
  • De nombreuses activités culturelles et sportives sont organisées, ainsi que des soirées à thèmes et des « sorties shopping ».
  • L’encadrement est permanent et les règles sont strictes.
  • Les groupes sont constitués de jeunes de nationalités différentes.

Inconvénients :

  • En fonction du nombre et des motivations de chacun, les jeunes peuvent être tentés de se regrouper par nationalité pendant les activités.
  • L’immersion n’est pas totale.
  • Les cours ne sont pas individuels mais organisés par groupes de niveau.
  • Scolarité à l’étranger

Les séjours « Scolarités » offrent aux adolescents âgés de 13 à 19 ans la possibilité de passer un trimestre, un semestre ou une année scolaire dans un lycée étranger.
Le participant sera le seul étranger dans une classe de collège avec des jeunes de son âge. C’est une expérience unique qui lui permettra de mûrir et de devenir bilingue.
Le participant est reçu et hébergé par une famille d’accueil ou en internat.

Avantages :

  • L’immersion est totale : entre l’hébergement, les cours et les activités, le quotidien de l’enfant est le même que celui d’un jeune local.
  • Cette formule permet au jeune de s’affirmer sur le plan personnel en développant son sens des responsabilités, son autonomie et sa maturité.
  • Ce type de séjour est aussi extrêmement valorisant, offrant la satisfaction d’avoir réussi une expérience d’adaptation et de vie à l’étranger.

Inconvénients :

  • Les scolarités à l’étranger impliquent un bouleversement des habitudes, un quotidien loin de la famille et des amis, et nécessitent donc une très grande motivation (critère déterminant pour l’acceptation de la candidature).
  • Les prix sont élevés dans les lycées privés.
  • Les écoles exigent un niveau moyen, hormis le Canada qui prévoit des classes spécifiques pour les élèves dont le niveau en anglais est faible.
  • La procédure d’inscription est longue, car elle nécessite l’obtention de visas, les démarches administratives, des vaccins si nécessaire, un entretien et un test d’anglais obligatoire.
  • 3 – Choisir un organisme

Choisir un organisme n’est pas chose facile. Faut-il privilégier une petite structure ou un grand groupe ? Un organisme privé ou une association ?
Et comment connaître sa réputation ? La sélection nécessite de vérifier un certain nombre d’éléments et de bien définir ses priorités.

Les différents types d’organismes de séjours linguistiques
– Les associations spécialisées dans l’organisation de séjours linguistiques sont agréées par le ministère de
la Jeunesse et des Sports.
– Les sociétés doivent obtenir une licence d’agence de voyages délivrée par « Atout France ». La garantie financière du consommateur est plus importante avec une société titulaire d’une licence qu’avec une association.

La règlementation française
Obligations des organisateurs de voyages :
L’organisation de voyages, incluant les séjours linguistiques, est une activité réglementée : un numéro d’immatriculation (ou « Licence d’Agent de Voyages ») est obligatoire. Il doit être indiqué sur tous les supports de communication de l’organisme. Concrètement, cette immatriculation garantit la conformité de l’organisateur avec la loi française.
Les organismes sont également tenus de publier dans leurs brochures les articles de loi qui fixent les conditions d’exercice relatives à l’organisation et à la vente de voyages et de séjours.

La protection des consommateurs français :
Les lois de protection des consommateurs diffèrent d’un pays à l’autre : en France, le consommateur est assuré de bénéficier d’un cadre juridique optimal.
Pour être immatriculée par Atout France, la société doit remplir les conditions suivantes :
– Compétence de l’organisateur, en fonction de la qualification du personnel.
– Garanties financières.
– Souscription d’une assurance de Responsabilité Civile Professionnelle.
Les garanties offertes par une société agréée Atout France :
– L’organisme est responsable des prestations vendues.
– L’organisme est assuré en cas de dommage matériel ou immatériel causé à ses clients.
– En cas de défaillance de l’organisme le rapatriement des personnes et le remboursement des sommes versées sont garantis par l’APST.
Vous pouvez vérifier ICI si l’organisme auquel vous souhaitez faire appel est bien immatriculé Atout France.

Petite ou grosse structure ?

Des centaines d’organismes de séjours linguistiques fleurissent sur le web. Parmi eux, des grands groupes internationaux rivalisent avec des structures à taille humaine. Alors à qui se fier ?

  • Les grosses structures

Avantages :

  • L’immersion est totale : entre l’hébergement, les cours et les activités, le quotidien de l’enfant est le même que celui d’un jeune local.
  • Cette formule permet au jeune de s’affirmer sur le plan personnel en développant son sens des responsabilités, son autonomie et sa maturité.
  • Ce type de séjour est aussi extrêmement valorisant, offrant la satisfaction d’avoir réussi une expérience d’adaptation et de vie à l’étranger.

Inconvénients :

  • Les scolarités à l’étranger impliquent un bouleversement des habitudes, un quotidien loin de la famille et des amis, et nécessitent donc une très grande motivation (critère déterminant pour l’acceptation de la candidature).
  • Les prix sont élevés dans les lycées privés.
  • Les écoles exigent un niveau moyen, hormis le Canada qui prévoit des classes spécifiques pour les élèves dont le niveau en anglais est faible.
  • La procédure d’inscription est longue, car elle nécessite l’obtention de visas, les démarches administratives, des vaccins si nécessaire, un entretien et un test d’anglais obligatoire.
  • Les petites structures

Avantages :

  • Pas d’impératif de remplissage… Cela limite l’effet « groupe de Français ».
  • Suivi personnalisé : vous aurez facilement le même interlocuteur qui vous aidera à choisir une formule et vous accompagnera lors du déroulement du séjour.
  • Face à la concurrence des grands groupes, elles doivent se remettre en question de façon permanente pour proposer des séjours de qualité. Elles ont tout intérêt à conseiller les parents de manière sincère et adaptée.

Inconvénients :

  • Elles proposent rarement l’accompagnement des jeunes lors des voyages.
  • L’encadrement sur place n’est pas assuré par des Français.
  • Les destinations et formules proposées peuvent être moins variées.
  • Les prix peuvent être plus élevés sur certains séjours.
  • 4 – Vérifier le sérieux d’un organisme

VERIFIER LE SERIEUX D’UN ORGANISME
Voici quelques petites astuces pour bien choisir

  • L’organisme dispose-t-il d’une adresse physique, ou seulement d’un site internet ?
  • Est-il immatriculé au registre des opérateurs de voyages et de séjours (ATOUT France) et détient-il ainsi la licence d’agence de voyages ?
  • Est-il labellisé par L’OFFICE ou l’UNOSEL ?
  • N’hésitez pas à consulter les avis et les retours d’expérience des parents sur Internet (forums, blogs).
  • Un site Internet professionnel reflète généralement le sérieux du prestataire.
  • Un entretien téléphonique permet de jauger l’organisme : votre interlocuteur sera-t-il à votre écoute, ou au contraire cherchera-t-il seulement à vous vendre son séjour ?
  • Les brochures, généralement gratuites (à demander via le site ou par téléphone) permettent de comparer les organismes et leurs offres.
  • 5- Quel budget ?

Tout dépendra de la prestation que vous choisissez : plus elle est individualisée, plus elle coûtera cher. Si un séjour individuel dans une famille avec des cours particuliers sera plus cher qu’un séjour en groupe de Français, il restera néanmoins le plus efficace au niveau linguistique.

Ce que cachent les offres trop bon marché

L’offre de séjours linguistiques s’est largement développée sur Internet.
Bons plans, offres spéciales, promotions, prix cassés… On peut aujourd’hui trouver des séjours d’une semaine à partir 600 €. Vérifiez bien les garanties et le détail des prestations proposées.

Des séjours groupés entre Français
Pour rentabiliser leurs investissements, la plupart des grandes structures doivent mutualiser hébergement, cours et activités, et organisent donc des séjours en groupe. Dans ce cas, la pratique de la langue se limite généralement à des cours collectifs.
Attention aux prix affichés
Vérifiez s’ils comprennent bien les frais d’inscription, les assurances, l’accueil et les transferts, les frais relatifs aux activités (transport, billets d’entrées, etc…). Il est fréquent que ces prestations soient en option et augmentent le coût final du séjour.
Des séjours sans réel progrès linguistique
Si les jeunes reviennent souvent très satisfaits de ce type de séjour (sentiment d’avoir passé de bonnes vacances), l’aspect « acquisition de la langue » reste anecdotique. Les participants n’ont généralement pas suffisamment pratiqué la langue pour pouvoir avoit fait des progrès. En ce sens, ces séjours bon marché ressemblent surtout à des colonies de vacances…

Comparer les offres

Beaucoup d’organismes de séjours linguistiques utilisent une même terminologie pour des séjours aux contenus très différents. Sachez repérer les éléments qui feront la différence sur la facture et en termes de résultats sur le plan linguistique.

Le choix de la destination
Pouvez-vous choisir précisément la région ? Ou ne pouvez-vous choisir que le pays (auquel cas la région est imposée) ?
L’hébergement
Quel est le type d’hébergement proposé :
– En famille d’accueil, hébergeant un ou plusieurs hôtes à la fois ?
– En résidence, avec des jeunes de nationalités différentes ?
– En résidence, avec d’autres Français ?
Les cours
– Quel type de cours : individuels ou en groupe ?
– Combien d’heures de cours hebdomadaires ?
Les activités culturelles et sportives
– Combien d’heures d’activités hebdomadaires ?
– Les activités sont-elles organisées en groupe ou de manière individuelle (avec des jeunes de nationalités différentes ou avec des Français uniquement) ?
– Les activités sportives sont-elles pratiquées entre Français ? Entre jeunes de nationalités différentes ?
Le voyage et les transferts
– Le voyage est-il inclus dans le prix du séjour ? Quel est le moyen de transport ? Un voyage en bus signifiera forcément qu’il s’agit d’un séjour regroupant des Français, qui passeront une partie ou la totalité de leur séjour ensemble.
– L’accueil d’un enfant voyageant avec l’option UM (mineur non accompagné, proposée par certaines compagnies aériennes) est-elle comprise dans le prix ?
– Les transferts sont-ils inclus ?
Les frais de dossier
– Les frais de dossier sont-ils compris dans le prix ? Dans le cas contraire, quel est le montant (généralement de « offert » à 100 €) ?

  • 6 – Les assurances

Faut-il souscrire une assurance particulière pour un séjour à l’étranger ?
Une assurance annulation peut s’avérer utile en cas de problème de santé ou d’accident qui empêcherait le jeune de partir. Attention, elle ne peut jouer si vous changez simplement d’avis ou que votre enfant ne veut plus partir.

Une assurance rapatriement et médicale est aussi très conseillée. Celle-ci est généralement incluse dans le « package » de votre carte bancaire, mais ne couvre que le minimum. Pour une tranquillité optimale, il est important de vérifier ce qu’elle couvre réellement et, en cas d’insuffisances, d’en souscrire une auprès d’un assureur spécialisé.

  • 7 – La santé

Couverture santé à l’étranger
Les français sont couverts par la Sécurité Sociale française lorsque le séjour s’effectue dans un pays membre de l’Union Européenne (se munir du formulaire E111 de la Sécurité Sociale). Il n’y a pas d’avance à faire pour les frais de soins.

En dehors de l’U.E., il est fortement conseillé de prendre une assurance médicale spécifique (dans certains pays les coûts peuvent être exorbitants).

Vaccins
Aucun vaccin n’est obligatoire pour les séjours de moins de trois mois.
Dans le cas d’une scolarité, il faut être à jour de toutes les vaccinations habituelles.
Il est conseillé de se déplacer avec son carnet de vaccinations (ou une copie).

Traitement médical
Il est indispensable de communiquer à l’organisme toute information relative aux vaccinations obligatoires, aux contre-indications médicales éventuelles, aux antécédents médicaux, aux allergies ou à tout autre élémnet d’ordre médical susceptible d’avoir des répercussions sur le déroulement du séjour.
Pour les pathologies chroniques ou aiguës en cours, si un traitement est à prendre, l’ordonnance doit être jointe aux médicaments prescrits.
Une copie de ces documents doit aussi être confiée au participant.

  • 8 – Les documents de voyage

Un mineur qui voyage sans ses parents doit être en possession d’un certain nombre de documents

Europe
Un enfant qui voyage seul en Europe a besoin d’une carte nationale d’identité ou d’un passeport en cours de validité.

Pensez à bien vérifier en amont du voyage la validité e la carte d’identité (valable 10 ans) ou du passeport (valable 5 ans) de votre enfant. Attention aux délais d’obtention.

Etats-Unis
S’il se rend dans un pays hors de l’Union Européenne, le mineur doit obligatoirement posséder un passeport personnel.
Les voyageurs français ne sont plus tenus d’obtenir un visa dans le cadre d’un séjour de moins de trois mois sur le sol nord-américain; il suffit de présenter une autorisation ESTA disponible sur Internet.
En revanche, un visa est obligatoire pour les séjours de plus de trois mois. Le type de visa dépend ensuite du but du voyage.
Dans le cadre de scolarité aux Etats-Unis, il s’agit de visas d’études :
– le visa J1 pour les scolarités en lycée public.
– Le visa i20 pour toute scolarité en lycée privé.

Canada
Pour tout séjour scolaire de trois mois minimum sur le sol canadien, les ressortissants français doivent justifier d’un visa , le Student Travel Permit.
Un passeport en cours de validité suffit pour tout séjour d’un durée inférieure.
La procédure d’obtention se fait uniquement par Internet en cliquant ICI.

IMPORTANT
Depuis le 1er Janvier 2017, pour tous les enfants mineurs : l’autorisation de sortie du territoire est de nouveau obligatoire.

A SAVOIR

  • En aucun cas le mineur voyagenat seul ne peut utiliser le passeport de ses parents sur lequel il serait inscrit.
  • Important: l’autorisation de sortie du territoire est de nouveau obligatoire pour tous les enfants mineurs voyageant seuls, quelle que soit la destination du séjour…
  • Il appartient aux parents et non à l’organisme de s’occuper des formalités ESTA pour un séjour aux USA.
  • Les formalités ESTA correspondent à une autorisation électronique de voyage aux USA.
  • Attention, le livret de famille n’est pas une pièce d’identité.
  • 9 – La valise

Le choix des vêtements doit bien évidemment correspondre aux activités et au climat du pays de destination. Evitez les vêtements de marque, et, plus généralement, tout objet de valeur (surtout s’il s’agit d’un séjour en groupe) !!!
Voici un exemple de valise type pour une semaine :

Vêtements
– 2 jeans et 2 shorts
– 5 T-shirts, chemises et chemisettes
– Vêtements et chaussures de sport
– Vêtements de pluie : imperméable et chaussures adaptées
– Vêtements de froid : pulls chauds ou sweats
– Autres : sous-vêtements, chaussettes et 2 pyjamas
– Protections solaires : lunettes, casquette ou chapeau
– Affaires de piscine ou plage : maillot de bain, bonnet de bain et serviette

Toilette
– Trousse de toilette (brosse à dents, dentifrice, shampoing, gel douche)
– Serviette et gant de toilette
– Médicaments prescrits si traitement médicl (avec photocopie de l’ordonnance)
– Crème solaire

Divers
– Dictionnaire de poche
– Carnet ou cahier de notes
– Trousse et stylos
– Téléphone portable
– Appareil photo
– Adaptateur de prise électrique
– Carte téléphonique (carte prépayée pour téléphone portable et/ou carte spécifique pour passer des appels depuis le téléphone personnel de la famille d’accueil)

Documents
Mettez dans une enveloppe (à garder à portée de main lors des voyages) la copie de ses billets d’avion, passeport, prescription médicale, coordonnées de son lieu de séjour avec les numéros utiles (centre ou famille d’accueil).

L’ARGENT DE POCHE

  • Son montant est laissé à l’appréciation des parents en fonction de leurs habitudes. En moyenne le budget est de 50€ à 150€ / semaine. Bien vérifier ce qui est inclus dans le forfait choisi (caution déposée à l’arrivée, activités en option… sont des dépenses éventuelles à anticiper).
  • Une carte bancaire de retrait international peut être une bonne solution.
  • Donnez suffisamment d’argent à votre enfant car une fois sur place il sera difficile de lui en faire parvenir
  • Placez la somme en liquide dans une enveloppe qu’il pourra remettre à son responsable sur place, ou divisez-la dans deux enveloppes rangées dans ses bagages.
  • 6 – Les assurances

Selon la personnalité de l’enfant, le début du séjour peut être une période plus ou moins délicate : la fatigue, le décalage horaire, la perte de repères, le fait de se retrouver loin de ses parents, dans une famille inconnue aux habitudes différentes et qui parle une langue étrangère, peuvent provoquer un petit « coup de blues ».
Les trois premiers jours sont souvent une « période d’adaptation » durant laquelle il va faire connaissance avec la famille qui le reçoit. C’est à ce moment-là qu’il peut être sujet au mal du pays ou de sa famille.
Cela est une étape normale, surtout s’il s’agit d’un premier séjour en famille d’accueil.

  • 11 – Communiquer pendant le séjour

Nous vous recommandons de vous accorder avec votre enfant sur les moyens de communication que vous utiliserez et la fréquence des appels. De cette façon, vous pourrez envisager plus sereinement ce voyage, sans attendre fébrilement vos appels réciproques.

Les moyens de communication

Téléphone mobile
Rares sont les enfants qui n’ont pas de téléphone portable lors d’un séjour à l’étranger. C’est aussi une mesure de précaution (au cas, par exemple, où le jeune et sa famille d’accueil ne se trouveraient pas à l’aéroport).
Différentes options s’offrent alors à vous :
– Conserver le forfait en cours et activer simplement l’option Monde (gratuite ou payante selon les opérateurs).
– Souscrire à un pack international proposé par un opérateur français.
– Acheter une carte prépayée internationale ou locale (cette dernière option étant souvent la plus abordable).

REGLES DE BASE A RESPECTER

  • Ne pas téléphoner n’importe quand (pendant les cours et activités par exemple).
  • Ranger soigneusement son téléphone pour éviter les risques de vol ou de perte.
  • Éviter de téléphoner ou envoyer des SMS en permanence.
  • Idéalement, limiter les appels au strict nécessaire : à son arrivée bien sûr, puis donner des nouvelles une fois par semaine ou en cas de problème.

Téléphone fixe
Vous pouvez appeler directement chez la famille d’accueil (dont le numéro est indiqué dans la « fiche famille » que vous avez reçue). Cette solution peut s’avérer très avantageuse si vous disposez d’un forfait téléphonie illimitée vers les pays étrangers.
Votre enfant peut également acheter sur place une carte prépayée destinée aux téléphones fixes (fonctionnement avec code spécial fourni à l’achat de la carte). Il pourra ainsi vous appeler depuis le téléphone de sa famille d’accueil, sous réserve de son accord.

Applications internet
VL’enfant pourra aussi utiliser des applications gratuites d’appels et de « chat » disponibles sur un smartphone (WhatsApp, Skype) ou sur un ordinateur connecté au Wi-Fi de la famille d’accueil (Skype et Viber).

FREQUENCE DES APPELS

Résistez à la tentation d’ appeler votre enfant trop souvent : cela peut entraver considérablement son intégration et faire perdurer son sentiment de « mal du pays ». Il vous faut trouver le juste équilibre.
Vous pouvez définir une fréquence d’appel avant le séjour (par exemple, une ou deux fois maximum par semaine).

Indicatifs téléphoniques par pays

Vous êtes en France et vous voulez appeler l’étranger :
00 + indicatif du pays appelé + numéro appelé (exemple : 00 1 72 09 08 23 15).

Vous êtes à l’étranger et vous voulez appeler en France :
00 + 33 + numéro appelé (sans le premier 0) (exemple : 00 33 1 46 01 00 31).

Indicatifs :
– Allemagne : 49
– Australie : 61
– Angleterre : 44
– Canada : 1
– Chine : 86
– Espagne : 34
– France : 33
– Irlande : 35
– Italie : 39
– Japon : 81
– Malte : 356
– USA : 1

  • 12 – Petit rappel des règles de savoir-vivre

Politesse
Les personnes qui reçoivent votre enfant, surtout dans le cas des séjours en famille d’accueil, ne sont pas « à disposition », il convient donc d’appliquer les règles de respect et de politesse élémentaires. L’enfant doit éviter de froisser ses hôtes en refusant de manger ce qu’ils ont cuisiné, de participer aux activités, ou en se plaignant parce qu’il n’a pas les mêmes menus, activités ou horaires qu’à la maison.
Il est indispensable de faire preuve de curiosité et d’accepter de s’adapter à un nouvel environnement. Si quelque chose déplaît, il est préférable d’en expliquer poliment les raisons. Pour les séjours en groupe, il est important de respecter les consignes données et les autres participants.

Tenue vestimentaire
Afin de s’intégrer aux différentes cultures et origines sociales, il est conseillé de choisir des tenues sobres et pratiques.

Cadeau pour la famille d’accueil
Il est de tradition d’offrir un petit cadeau à la famille d’accueil. Cette petite attention permet de « rompre la glace » et de remercier la famille de son hospitalité. Sachez que les produits régionaux sont des valeurs sûres de même que les objets estampillés « Paris ». Ne consacrez pas un budget trop important à ce cadeau, c’est le geste qui compte.

  • 13 – Si votre enfant a des difficultés sur place

Avant de faire rapatrier votre enfant, assurez-vous qu’il ne s’agit pas d’un simple coup de cafard, échangez avec lui et l’organisme. Il suffit parfois qu’il sente que l’on veille sur lui et que l’on est à son écoute pour que le problème soit résolu.

De petites difficultés sont fréquemment exagérées par les enfants. Exemples :
– il n’ose pas parler à la famille qui le reçoit et ne comprend pas tout… sera traduit par : la famille ne fait pas d’activités ou ne s’occupe pas de lui.
– il est parti dans un collège, s’attendait à faire ce qu’il voulait (sortir seul le soir par exemple) ce
qui n’est évidemment pas possible, et il vous appellera en disant que c’est nul et que les cours sont mauvais…
Dans ce cas de figure il est conseillé de contacter votre organisme de séjours afin qu’il puisse voir ce qui se passe réellement sur place et prendre les mesures nécessaires afin d’arranger la situation.